Nouveau départ

Retour au lac pour un nouveau départ

Une quarantaine d’années après avoir quitté Vidy, Athletissima s’apprête à y retourner, probablement dès 2027 ou 2028, pour dérouler ses charmes dans le nouveau stade Pierre-de-Coubertin. L’attrait de la nouveauté aura sans doute un impact positif sur le meeting, mais le départ de la Pontaise fera naître forcément de la nostalgie.

Le concours d’architecture gagné en 2016 par le bureau bernois Translocal Architecture prévoit une enceinte compacte de 12’000 places. Dont 4’000 places assises couvertes. Le reste, toujours avec des places assises, sera ouvert, afin que le site s’intègre au mieux dans le magnifique écrin lacustre de Vidy. « Le stade rénové se veut résolument polyvalent et intégré dans le paysage environnant », indique la Ville, maîtresse d’ouvrage du projet.

L’ouvrage est conçu pour un large spectre d’utilisateurs, Athletissima bien sûr mais aussi les clubs d’athlétisme, les écoles et le grand public. Il est prévu d’équiper la tribune principale de panneaux photovoltaïques. Athletissima et les clubs d’athlétisme du Stade-Lausanne et du Lausanne-Sports se sont engagés pour être associés au projet dès le début des réflexions. Les responsables du meeting ont obtenu que le stade puisse être adapté afin de permettre également l’organisation de championnats majeurs tels que Championnats d’Europe ou grandes compétitions jeunesse (M20/M23). La tribune opposée sera dans ces cas de figure elle aussi couverte, et la capacité d’accueil augmentée, le temps de l’événement.

Piste sous la tribune

Le site s’annonce très convivial et lumineux. Athletissima et les clubs d’athlétisme ont des besoins spécifiques que le groupe d’études de la Ville a pris en compte dans le projet actuel. Le stade d’échauffement, les espaces pour la télévision et pour les partenaires ainsi que le village d’accueil du public pourront se déployer. Le stade d’échauffement en particulier est essentiel pour répondre aux exigences des règlements et permettre aux manifestations de tenir leur rang.

L’espace sous la tribune principale aura une fonction essentielle et recèlera de nombreux atouts par rapport à la Pontaise : une piste couverte de 100 m y sera aménagée, avec une fosse pour le saut en longueur et le triple saut. Il sera également possible de s’y entraîner pour le saut en hauteur. Cet élément est indispensable à la préparation hivernale des athlètes. Deux entrées permettront l’accès des véhicules dans l’enceinte. L’aménagement d’une zone mixte athlètes/journalistes pour les interviews est évidemment aussi prévue.

Véritable vitrine de l’édifice, un espace modulaire vitré avec vue sur le lac agrémentera l’ensemble et permettra la tenue d’événements comme des séminaires ou des conférences. Des espaces spécifiques abriteront les buvettes publiques.

Athletissima et les clubs lausannois participent au projet en lien direct avec le bureau Métamorphose de la Ville, rattaché au syndic Grégoire Junod. Parmi les étapes encore à franchir figure le vote par le conseil communal en 2024 d’un crédit de 4,4 millions de francs pour lancer une procédure de demande de permis de construire.

Préserver l’écrin

Les démarches vont bon train, mais les autorités prennent leur temps afin de minimiser l’impact environnemental, s’agissant d’un projet sensible dans un cadre à préserver. Les rives seront maintenues dans leur état naturel. Un soin particulier sera apporté à la végétation. Les points d’accès entre le lac et le stade resteront limités.

Il s’agira en quelque sorte d’un retour aux sources. Les anciens ont gardé dans leurs mémoires les exploits des champions des années 1970 et 80 réalisés à Vidy dès la 1re édition du meeting en 1977, avant le départ pour la Pontaise en 1986. Les Dwight Stones, John Walker, Ed Moses, Renaldo Nehemiah, Petro Mennea, Pierre Délèze, Anita Protti, Cornelia Bürki ou Markus Ryffel ont participé à l’enchantement des débuts.

L’ère moderne à la Pontaise a été marquée par les Usain Bolt, Wilson Kipketer, Stéphane Diagana, Noah Lyles, Carl Lewis, Sergueï Bubka, Lea Sprunger, Armand Duplantis et bien sûr par les records du monde de Leroy Burrell (100 m en 1994), Elena Isinbayeva (perche en 2005) et Liu Xiang (110 m haies en 2006), sans compter les exploits des relayeuses suisses du 4×100 m.

En 2022, bref retour sur les rives du lac, à Ouchy, le temps du City Event marqué par un concours de saut à la perche somptueux remporté par Armand Duplantis devant un public admiratif et enthousiaste. Cette douce et stimulante atmosphère propre aux rives lausannoises du Léman ne manquera pas de rejaillir à nouveau sur Athletissima lorsque le meeting aura rejoint son nouvel écrin dans quelques années. On s’en réjouit déjà.